Scritture Migranti : Du « droit à la ville » au « droit à la mobilité ». Suggestions pour une critique socio-spatiale de la définition de « touriste »

La revue italienne Scritture Migranti a publié un article de l’universitaire Chiara Rabbiosi et de Prosper Wanner, salarié doctorant au sein de la SCIC Les oiseaux de passage, Du « droit à la ville » au « droit à la mobilité ». Suggestions pour une critique socio-spatiale de la définition de « touriste ». Cet article est le résultat d’une résidence de recherche de quatre mois au sein du Centre d’Études Avancées Mobilities & Humanities (Mohu) de l’Université de Padoue où enseigne Chiara Rabbiosi.

Présentation : Dans cet article en italien, nous discutons du « droit à la mobilité » en regardant d’une part l’évolution du débat au sein des mobility studies et, d’autre part, en reprenant les principes du « droit à la ville » proposé par Henri Lefebvre (1968). A partir de cette référence, nous formulons une critique à la définition de « touriste » communément utilisée à des fins statistiques et construite en opposition à celle d' »autres voyageurs« . Notre hypothèse est que les définitions statistiques, réglementaires et fiscales les plus utilisées agissent performativement sur les lieux, en limitant profondément l’accès à l’espace urbain à ceux qui ne tombent pas dans la définition, comme les migrants, les travailleurs saisonniers, les étudiants et toute une série d’autres identités mobiles.

En arrière-plan de notre réflexion, nous posons la ville-archétype des dérives et des contradictions que l’excès de tourisme provoque : Venise. En liant la construction d’une altérité mobile à travers les définitions statistiques du tourisme avec la controversée « taxe de débarquement » approuvée par le conseil municipal de Venise en 2018 (mais pas encore appliquée), nous montrons comment le débat qui en est issu crée une impasse par rapport à un « droit à la ville » qui s’entremêle avec le « droit à la mobilité« .

Dans les conclusions, nous évoquons quelques expériences d’hospitalité qui, allant au-delà de la dichotomie présentée, cherchent à mettre en pratique des formes d’hospitalité inclusive de différents types de mobilité tout en restant dans leur diversité.

Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *