C’est parti! On a 18 mois pour dénumériser le voyage

La Région Nouvelle Aquitaine vient de voter son soutien à notre programme de recherche et développement #dhumainàhumains! Ce programme est mené avec l’université de Poitiers – Gilles Caire du laboratoire CRIEF sur le tourisme social – et celle de Paris – Saskia Cousin du laboratoire CESSMA sur l’économie de l’altérité. Nous co finançons ce programme grâce à des emprunts auprès de l’URSCOP et du Crédit Mutuel.

Comme nous l’avions partagé sur une vidéo conférence, après une année de mise en ligne de notre plateforme coopérative de voyage, nous avons fait un bilan sur la place des données. Elles jouent un rôle essentielle dans la gestion de la relation d’hospitalité : standards de saisie des informations, tri et hiérarchisation des offres, automatisation du calcul du prix, …

Nous avons fait ce bilan en pleine crise du covid-19, au moment où le tout numérique domine : plan de relance, télétravail, éducation, commerce, web-conférence, … et où le secteur du voyage est plongé dans une réflexion continue sur ce qu’il veut et va devenir.

C’est dans ce contexte que nous avons décidé de faire évoluer notre plateforme vers une plus grande frugalité en données. Cette décision a été prise au vu de l’impact croissant de leur gestion sur le changement climatique, sur nos libertés individuelles et sur la standardisation de nos relations entre voyageurs et accueillants.

Notre autonomie est aussi en jeu : le développement d’une plateforme gourmande en données nécessite des temps longs de développement, des investissements conséquents, des cadres juridiques complexes et rend difficile le dialogue entre plateformes. Actuellement l’enregistrement d’un hébergement sur notre plateforme demande, comme sur les autres, de renseigner une centaine d’items pour permettre le calcul du tarif, le suivi de la disponibilité, le classement et la hiérarchisation de l’offre.

La dé numérisation ne veut pas dire l’abandon d’une plateforme internet mais le passage d’une intermédiation numérique consommatrice de données à une facilitation relationnelle économe en données et riche en humanité.

Nous souhaitons passer d’une standardisation des offres, nécessaire aux algorithmes de tri et calcul tarifaire, à une invitation à découvrir des offres d’hospitalité personnalisées et mises en récit à travers des histoires. L’entrée en relation entre voyageurs et hôtes se fera à travers un voyage dans les récits de la plateforme et non plus via la recherche du meilleur rapport qualité prix.

Nous allons chercher à faciliter une relation directe entre les voyageurs et les hôtes afin qu’ils puissent dialoguer, négocier un tarif qui soit équitable pour les deux parties, qu’ils puissent envisager toutes les hospitalités possibles au regard du motif de voyage – travail, études, vacances, assistance, … – ou bien avoir recours à de nouvelles modalités de paiement : monnaies locales, échange de services, aides sociales, … Il s’agit dans ce cas de s’extraire du calcul tarifaire automatique basé sur le management du revenu pour permettre une négociation directe de gré à gré entre voyageurs et communautés d’accueil.

Notre programme de recherche articule le développement d’une plateforme largement moins gourmande en données avec l’accès à une plus grande diversité d’offres d’hospitalité, de tarification et de contractualisation.

La donnée n’est plus au service de la seule prestation commerciale –  calculer son prix, la comparer, la trier, … – mais c’est la la relation entre le voyageur et la communauté qui l’accueille qui est privilégiée.

A titre d’exemple, avec ce programme nous allons pouvoir co-concevoir et expérimenter l’usage d’autres données alors peu prises en compte comme le son de la voix des personnes. Le son d’un hôte qui se présente n’est pas traitable par l’algorithmique alors qu’il contribue à une relation personnalisée par sa sonorité, son accent et sa musicalité. Nous lancerons les premiers tests à ce sujet dès la mise en ligne de notre nouvelle version en mars 2021.

Un autre exemple de recherche que nous allons pouvoir mener ensemble concerne l’entrée dans nos communautés d’hospitalité de personnages comme la forêt, un animal ou une graine locale – les non-humains – qui viennent enrichir la présentation d’une communauté sans être utile à l’algorithme de tri ou au calcul du prix.

Tout reste à (re)inventer ensemble dans les 18 mois à venir. Cette dénumérisation de la plateforme est avant tout une dénumérisation du secteur du voyage qui, bien avant internet, a su développer ses propres systèmes informatisés de réservation, ses standards internationaux uniformes, sa logique tarifaire unique et un profilage voyageur de plus en plus intrusif.

Notre programme est en résonance avec des tendances actuelles : la crise actuelle amène de plus en plus à proposer l’hospitalité, commerciale ou non, à une plus grande diversité de voyageurs jusque là peu considérés comme les aidants ou les saisonniers, ou bien émergeant comme ceux en télétravail ou en quarantaine. Plusieurs de nos communautés offrent déjà la possibilité de voyager avec les monnaies locales ou bien proposent des tarifs adaptés aux différentes situations sociales qu’elles rencontrent.

Notre monde à besoin d’hospitalité entre humains et avec la nature. C’est cette transition que nous engageons avec nos communautés, réseaux amis et partenaires.

Voici le le lien vers la présentation de notre programme de recherche pour dé-numériser le voyage et vers questionnaire en ligne où déjà une trentaine de personnes et organisations nous ont fait remonter leurs questionnements, intérêts et expériences liés ce programme de recherche. Nos communautés d’hospitalité seront pleinement associées à la collecte d’expériences, à l’analyse des pratiques innovantes, aux ateliers de conception et aux expérimentations. Bienvenue à toutes et tous.

Civic-City – atelier R&D 2016
Partagez :

1 commentaire pour “C’est parti! On a 18 mois pour dénumériser le voyage”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *