Pour un tourisme durable et solidaire en Europe. Acte II

Suite à nos Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe et notre grande déception concernant la conférence European Tourism Convention organisée par la Commission Européenne le 12 octobre dernier, une quinzaine de député.e.s européens.nes et leurs assistant.e.s ont accepté d’échanger sur nos propositions ainsi que des fonctionnaires de la Commission européenne. Ils représentent plusieurs États membres et un large éventail politique. Nos réseaux du tourisme social et durable ont aussi répondu à notre appel. Nous sommes maintenant 20 agences de voyage en Europe à le cosigner. Nous partageons ce que nous avons retenu de ces échanges et les suites possibles.

Tout d’abord, nous tenons à remercier l’ensemble de ces personnes pour la qualité du dialogue, le temps passé et les suites données. Notre demande partait du constat de l’invisibilité de nos pratiques au niveau statistique, commercial sur les principales plateformes numériques et politique au niveau des instances européennes. 

Nous avons discuté de cette situation, de nos six propositions de coopération et du rapport sur le tourisme durable Establishing an EU Strategy for Sustainable Tourism de la députée portugaise Cláudia Monteiro de Aguiar soumis à amendements.

En préalable, écrit ici de manière caricaturale, nous avons précisé que pour nous le tourisme durable ne pouvait pas se limiter à un tourisme sans avion, portant en soi le risque de discriminer les destinations comme les îles et une stratégie de repli sur soi des Etats privilégiant ainsi le tourisme “à la maison” qui est déjà une réalité pour la majorité des vacanciers.  

Il ne pouvait pas non plus se limiter à une critique du tourisme de masse, représentant elle un risque de discrimination des touristes les moins aisés voyageant en groupe pour in fine à nouveau privilégier les touristes à fort pouvoir d’achat.

Ces deux approches mettent sous le tapis la responsabilité environnementale de l’ensemble de la filière qui ne se limite pas au seul transport et leur responsabilité sociale dans un secteur fortement précarisé et dont la situation sociale est devenue dramatique avec la crise pandémique. Enfin, c’est oublier que la libre circulation est un droit humain qui reste encore un privilège, les congés payés une conquête sociale et le voyage une formidable opportunité de transformation sociale et de dialogue interculturel.

1 – La recherche de nouveaux outils statistiques de mesure du tourisme

Notre constat est que les statistiques dont nous disposons pour construire les politiques publiques et nos stratégies d’entreprise sont trop partielles et partiales. Elles sont partielles car elles ne mesurent que les retombées positives du tourisme et partiales car elles sont fournies essentiellement par l’industrie du tourisme et les grandes plateformes numériques. 

Notre proposition est que l’Europe publie des données sur les externalités négatives comme durables du voyage. Voici quelques pistes qui nous semblent faisables et intéressantes : le coût d’une politique publique touristique ; la part des achats locaux sur un séjour ; le niveau de rémunération et de protection sociale des emplois créés localement ; l’impact environnemental global d’un séjour ; le nombre de lits accessibles aux personnes porteuses de handicap ; la part des offres d’accès aux vacances pour tous dans l’offre touristique ; l’accès des habitants aux offres et équipements touristiques ; la part de l’hospitalité non touristique dans l’offre globale ; la contribution du tourisme aux services publiques locaux ; le niveau de participation des habitants à la gouvernance touristique ; l’impact du tourisme sur le marché foncier d’habitation et commercial ; 

Nous sommes favorables à la proposition d’une agence européenne qui fournirait ces informations tout en étant attentif à la place qu’elle laisserait à l’industrie touristique dans sa gouvernance au regard de l’expérience des agences déjà existantes au niveau national comme international.

2 – Un outil simple d’affichage de l’impact écologique d’un séjour 

Plusieurs député.e.s. nous ont fait part de leurs entretiens avec des représentants de l’industrie du tourisme et des plateformes numériques qui avaient tous à coeur de rendre leurs pratiques touristiques plus durables. 

Une norme européenne permettrait d’afficher simplement le degré de durabilité d’un séjour (comme cela existe pour les machines à laver classées de A à E en Europe) et pourrait être utilisée de manière volontaire par les opérateurs souhaitant être transparents sur leur degré d’investissement en faveur de la planète. Une norme publique permettrait d’évaluer l’impact environnemental et social d’un séjour en intégrant la mobilité, l’hébergement, l’alimentation et les activités.

3 – Un réseau international d’acteurs du voyage durable nous permettant de co-produire des séjours itinérants 

L’année 2021 sera en Europe celle du rail et les agences qui ont co signées notre appel sont volontaires pour promouvoir les mobilités douces dans leur ensemble et le rail en particulier. Cela répond aussi à la demande croissante de voyageurs du Nord de l’Europe de pouvoir se rendre au Sud de l’Europe sans avion et en privilégiant le train. Si le séjour devient itinérant pour éviter les longs trajets en train, alors il faut pouvoir identifier à chaque escale un partenaire en tourisme durable pour co construire le séjour. Aujourd’hui il n’existe pas de réseau européen des agences de voyage durable et certaines destinations sont sans agence réceptive de cette nature. L’année européenne du Rail nous semble une bonne opportunité pour mettre en réseau ces agences à l’échelle européenne.

4 – la compensation carbone territorialisée

Le tourisme durable n’est pas pour nous un tourisme qui assumerait sa responsabilité environnementale en reversant quelques euros pour la bonne cause. La compensation carbone peut avoir un impact direct sur la destination. Elle peut être un prétexte à un échange culturel entre les voyageurs et les habitants autour de problématiques environnementales locales. Dans nos pratiques, elle peut s’intégrer au programme du séjour et au territoire d’accueil comme par exemple quand en Sardaigne les voyageurs passent une journée  à prendre soin d’une forêt aux côtés des bergers et forestiers sardes. D’autres formes de compensation carbone territorialisée pourraient être mises en place pour ne pas oublier les riverains des aéroports.

5 – Le renforcement en séjour des circuits courts avec le monde agricole local  

L’intégration des séjours dans les territoires passe en grande partie par la mise en place de circuits courts notamment alimentaires. C’est l’occasion d’une découverte culturelle et de soutenir des agricultures locales comme celles promues par le mouvement slowfood. Le petit déjeuner continental ou le menu touristique sont trop souvent proposés par l’industrie du tourisme sans tenir compte du monde agricole local. Cette pratique est mise en place afin que l’économie présentielle générée par le voyageur profite prioritairement aux producteurs locaux.

6 – la considération des pratiques d’hospitalité ouvertes à l’ensemble des personnes de passage

Les standards, intermédiations et logiques tarifaires du système touristique répondent plus à l’ensemble des besoins d’hospitalité. De nombreuses personnes de passage en sont exclues comme les saisonniers, les étudiants, les réfugiés, les habitants, les aidants ou les classes sociales défavorisées. La pandémie a accentué ce fossé entre des offres d’hospitalité construites pour la seule clientèle touristique internationale et les besoins d’accueillir le personnel soignant, les personnes en télétravail, les rapatriés, les personnes en quarantaine, les personnes vulnérables et l’essor du voyage de proximité. Aujourd’hui une personne sur sept est appelée à voyager dans le monde, par choix ou obligation, et souvent en dehors de l’hospitalité touristique qui reste inadaptée. Il est temps de repenser le système touristique dans son ensemble pour aller vers des pratiques d’hospitalité non discriminantes au regard des crises climatiques, économiques et sociales qui sont devant nous. C’est une question de droits humains et de respect de la dignité des personnes.

Les suites.

Les député.e.s semblaient partager nos constats et propositions et plusieurs nous ont invités à faire des retours sur leurs propositions d’amendement au texte sur le tourisme durable. Nous y avons retrouvé l’ensemble de nos six propositions qui seront soumises au vote du Parlement européen.

Avec les agences cosignataires de notre appel, nous avons décidé d’être collectivement actifs pour l’année européenne du rail en 2021 en co développant des offres de séjours.

Nous sommes invités lundi 30 novembre à participer à la prochaine commission des transports et du tourisme (TRAN) du Parlement européen : Hearing on « Future-proofing the Tourism Sector: Challenges and Opportunities Ahead. Nous allons partager avec les parlementaires européens à nouveau nos six propositions et en particulier notre volonté de collaborer à des études d’impacts à partir de nos pratiques pour co définir de nouveaux indicateurs touristiques et celle de collaborer à l’année européenne du Rail en 2021 comme opportunité de nous mettre en réseau et coopérer entre agences de voyage à l’échelle européenne.

Co signataires :

  • Les oiseaux de passage (France),
  • Sardaigne en Liberté (Italie)
  • Centro Español de Turismo Responsable (Espagne)
  • Anderswo (Allemagne)
  • For Family Reisen (Allemagne)
  • Women Fair Travel (Allemagne)
  • ReNatour (Allemagne)
  • Familien Reiseblog „Planet Hibbel“ (Allemagne)
  • Ekitour (France)
  • Chemin solidaires (France)
  • Babel voyage (France)
  • Positive Puglia – Sustainable Travel (Italie)
  • Bastina Voyage (France)
  • L’arbre à voyage (France)
  • KM zéro tours-toscane (Italie)
  • Forum Anders Reisen (Allemagne)
  • Little Travel Society (Allemagne)
  • BUND Reisen (Allemagne)
  • Erde und Wind Reisen (Allemagne)
  • Viatges Terra sarda (Espagne) 
  • Fairbnb.coop (Italie)
  • Gleisnost (Allemagne)
  • Green Cat Travel (Finlande)
  • Helsinki Cityride (Estonie)

Partagez :

Acte 2 : présentation de notre programme de recherche #dhumainàhumain.

Après la présentation le 17 septembre des résultats du programme de recherche TAPAS – There Are Platforms as AlternativeS auquel nous sommes associés, nous avons le plaisirs de vous inviter le jeudi 10 décembre de 16h à 17h30 à la présentation de notre nouveau programme de recherche et développement #dhumainàhumain. Nous mettons ce programme en place avec les universités de Poitiers et de Paris et la Région Nouvelle Aquitaine pour passer d’une plateforme de professionnels à consommateurs btoc à une plateforme d’humain à humain htoh.

En 2016, le « commun » a été le socle du cahier des charges de notre plateforme actuelle avec ses communautés d’hospitalité, ses co-productions locales, ses cadres communs, la mise en commun des récits et la cooptation des membres localement. 

Continuer la lecture de « Acte 2 : présentation de notre programme de recherche #dhumainàhumain. »
Partagez :

Les oiseaux de passage dans le Mercantour

La SCIC Les Oiseaux de Passage coopère avec Mercantour Écotourisme depuis maintenant quelques mois.  L’approche d’écotourisme promue dans le Mercantour par des dizaines de personnes réunies au sein de l’association rejoint celle de la plateforme coopérative Les Oiseaux de Passage qui propose une autre façon de découvrir et de parcourir les territoires, avec une réelle volonté de mettre l’humain et ses valeurs de partage et d’accueil, au cœur du voyage.

Continuer la lecture de « Les oiseaux de passage dans le Mercantour »
Partagez :

Forum 2020 des Plateformes Coopératives

Nous suivrons et interviendrons les 1 et 2 Décembre 2020 au Forum 2020 des Plateformes Coopératives. Cette année le forum se déroulera entièrement en ligne et chacun.e pourra le suivre et y participer via internet. Nous partagerons notre expérience lors des ateliers techniques et pratiques dédiés aux plateformes existantes et en création.

Présentation : Il est grand temps d’accélérer le développement des plateformes coopératives, particulièrement en cette période où les initiatives numériques et les modèles d’ESS peuvent contribuer à relancer le pays dans une perspective de transition écologique et solidaire. Nous vous proposons deux après-midi d’ateliers participatifs et de tables-ronde pour explorer ensemble les solutions à mettre en œuvre et passer à   l’action !

Pour s’inscrire, voir la présentation ou découvrir l’édition 2019.

Partagez :

Entreprendre en Communs

Le séminaire international Entreprendre en Communs aura lieu en web conférence les les 18, 19 et 20 novembre 2020. Mercredi 18 novembre à 16h15 Prosper Wanner, doctorant au sein de notre SCIC, partagera nos travaux de recherche et développement à la table ronde Communs et Coopérativisme de Plateforme présidée par N. Alix de La coop des Communs au côté de G. Compain (IRISSO), P. Eynaud (IAE Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) et B. Carballa Smichowski (Chronos).

Présentation de la conférence : Au nord comme au sud, sous le nom de « communs », émergent des formes largement renouvelées d’entrepreneuriat. Tout en empruntant à l’entreprise certaines de ses pratiques, elles présentent en général de sérieuses originalités, des points de vue juridique, social et économique. C’est à ces nouvelles activités entrepreneuriales inspirées des Communs et des modes de coopération qui en sont dérivés que ce colloque est consacré. Les conditions de la pérennité de ce mouvement sur le long terme seront au cœur des interrogations.

Continuer la lecture de « Entreprendre en Communs »
Partagez :

Colloque-webinaire dédié à la participation citoyenne.

La Région Nouvelle Aquitaine organise Colloque-webinaire Participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales les 16, 19 et 20 novembre. Un temps pour réfléchir et échanger avec des chercheurs et des praticiens autour de la participation des jeunes dans l’élaboration des politiques publiques locales, de la transition écologique et des droits culturels. Le Vendredi 20 novembre de 9h30 à 12h30 aura lieu une table ronde dédiée au patrimoine et à la Convention de Faro, la convention cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société, avec nos ami.e.s du Réseau de la Convention de Faro dont celles d’Espagne et de Roumanie.

Continuer la lecture de « Colloque-webinaire dédié à la participation citoyenne. »
Partagez :

Alternatives économiques : voyager autrement

Le cahier spécial d’Alternatives Économiques, publié en novembre 2020 à l’occasion du Mois de l’économie sociale et solidaire propose 24 initiatives pour une autre sortie de crise parmi lesquelles notre plateforme coopérative de voyage. Durant la crise actuelle, l’économie sociale et solidaire s’est montrée inventive et ces initiatives seront discutées lors des Journées de l’économie autrement à Dijon les 27 et 28 novembre 2020.

Partagez :

Espaces Tourisme : pour un tourisme porteur d’humanité

Ce numéro hors série de la revue ESPACES, Pour un tourisme poteur d’humanité, qui met en perspective des articles précédemment publiés dans la revue, a été réalisé à l’initiative de la coopérative Les Oiseaux de passage. Il est une invitation à penser au-delà du tourisme, c’est-à-dire à partir de formes de voyage et d’hospitalité situées en dehors de standards actuels du secteur, qu’il s’agisse des logiques tarifaires, des modes d’intermédiation, des cibles de clientèles visées…

Continuer la lecture de « Espaces Tourisme : pour un tourisme porteur d’humanité »
Partagez :

Voyageons autrement : Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe.

Suite à l’interpellation d’institutions et députés européens, nous en faisons un compte rendu dans la revue en ligne de tourisme durable Voyageons-Autrement.com

Lundi 12 octobre a eu lieu la conférence European Tourism Convention organisée par la Commission Européenne.  Ensemble, l’agence d’écotourisme  Sardaigne en liberté et la plateforme coopérative Les oiseaux de voyage, nous avons rédigé des « Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe » transmises à la Commission européenne, à la députée européenne Karima Delli, Chair of the TRAN Committee (commission tourisme et transport) invitée à conclure cette journée et à l’Organisation internationale du tourisme social ISTO dont nous sommes membres.

Lire la suite.

Partagez :

La nouvelle version de la plateforme est en ligne !

Ça y est ! La plateforme des Oiseaux de Passage s’est refait une beauté. Cette nouvelle version vous permet maintenant de naviguer – ou devrais-je dire de voler – avec plus de fluidité ! Soixante communautés et un millier d’occasions de rencontre vous attendent.

Nous avons gardé le même concept, mais avec une page d’accueil organisée différemment, qui met davantage en valeur les récits.

Nous voulions attirer votre regard vers ces présentations narratives qui, mêlant tous les supports multimédias, permettent à nos passeurs de voyage de partager un itinéraire à suivre, une histoire locale à découvrir, ou une destination à raconter. Ces récits ont pour but de vous faire voyager depuis chez vous, comme si vous y étiez ! Des interactions avec les personnes qui habitent et font vivre le territoire, afin de découvrir toutes ses richesses : un lien virtuel mais privilégié, un lien d’humain à humain. 

Continuer la lecture de « La nouvelle version de la plateforme est en ligne ! »
Partagez :

Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe.

A l’initiative de nos amis de Sardaigne en liberté, agence de voyage réceptive avec qui nous avions réalisé notre premier séjour #SlowTourisme Entre Terre et Montage fin 2019 avec Ekitour et l’agence française de la biodiversité – un ouvrage va bientôt raconter cette aventure -, nous avons corédigé un document regroupant des Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe.

Lundi 12 octobre aura lieu en ligne la European Tourism ecosystem of tomorrow organisée par la Commission Européenne. Le programme laissant peu de place aux initiatives de tourisme durable et solidaire, nous avons rédigé ce premier document transmis à la députée européenne Karima Delli, Chair of the TRAN Committee, qui interviendra dans la table de conclusion « Sustainable recovery and European Agenda of Tourism 2050 » et à l’Organisation internationale du tourisme social ISTO dont nous sommes membre.

Continuer la lecture de « Pistes et propositions pour un tourisme durable et solidaire en Europe. »
Partagez :

Le Slow Tourism prend son envol

Les oiseaux de passage sont heureux de participer au Plan vacances pour tous mis en place par la ville de Poitiers. La nouvelle maire de Poitiers a désigné une déléguée vacances pour tous et dès fin juillet, elle a confié à l’agence de tourisme social Ekitour le soin de proposer des séjours enfants et jeunes adultes. Le Secours populaire a mis en place des activités de loisirs dont ont bénéficié plusieurs centaines de familles.

Les séjours jeunes adultes ont été co créé avec des communautés d’hospitalité des Oiseaux de passage : le séjour « à la redécouverte de Paris » proposé par le communauté Paris social et solidaire et la destination La Rochelle proposé par la communauté des auberges de jeunesse de Charente Maritime. Une cinquantaine de jeunes travailleurs.euses de la résidence habitat jeunes Kennedy sont ainsi partis à la découverte de Paris et de La Rochelle. Le prochain séjour sera les 19 et 20 septembre à Paris, au Zazie Hôtel et en balades urbaines avec Ça se visite et Paris Solidari-thé.

Continuer la lecture de « Le Slow Tourism prend son envol »
Partagez :