Les oiseaux co-construisent leur programme de recherche action.

Depuis 2019, nous participons au programme de recherche TAPAS – There Are Platforms as AlternativeS : entreprises plateformes, plateformes collaboratives et communs numériques : Modèles économiques et formes de travail piloté par l’université de Paris. Ce programme vise à approfondir la distinction entre les « plateformes capitalistes » et les « plateformes collaboratives ». En coopération avec la Coop des communs, plusieurs plateformes coopératives amies participent elles aussi activement au programme TAPAS.

Jeudi 17 septembre à 17h, l’équipe de chercheurs du programme TAPAS fera ses retours sur notre plateforme Les oiseaux de passage. Elle présentera et questionnera  cinq points particulièrement innovants de notre initiative. Chacun de ces points sera discuté pour devenir peut être l’un de nos futurs axes de recherche action. Cet atelier sera en ligne et aura une durée limitée à une heure trente. Il se décomposera en une introduction, cinq temps de synthèse/discussion sur chaque innovation et un temps de conclusion.  La discussion aura lieu entre les chercheurs et une quinzaine d’usagers et sociétaires impliqués dans la plate-forme. Tous les autres invités pourront réagir en direct via le tchat.

Continuer la lecture de « Les oiseaux co-construisent leur programme de recherche action. »
Partagez :

Caisse des dépôts : Les oiseaux, plateforme coopérative pour répondre aux enjeux territoriaux du 21e siècle

L’institut Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour la recherche vient de publier une étude avec la Coop des communs : Plateformes coopératives : des infrastructures territoriales de collaboration.

Avec nos ami.e.s de Open Food France, France Barter, Coop Cycle et Mobicoop, nous sommes pris comme exemple de plateformes coopératives pour répondre aux enjeux territoriaux du 21e siècle.

  • Un outil pour la transition vers une économie plus décarbonée
  • Un moyen pour faciliter l’hébergement temporaire
  • Des acteurs au service du dynamisme des commerces de proximité
  • Une alternative au “solutionnisme” technologique de la “Smart city”
  • Un outil pour développer la mobilité dans les zones peu denses

Extrait de la présentation du cahier de recherche : Les infrastructures numériques offrent de grandes chances de développement à tous les territoires, ruraux comme urbains, dès lors que les services qu’elles permettent de déployer sont au service de l’intérêt général et qu’ils maintiennent la valeur créée dans le territoire. La prégnance des schémas entrepreneuriaux inspirés des succès de la Silicon Valley, impliquant une forte concentration de la valeur, a des impacts tels sur ses parties prenantes qu’ils rendent indispensable un modèle d’innovation alternatif, au service de la collaboration locale et qui donne un rôle actif aux collectivités territoriales : les plateformes coopératives.

Partagez :

Radio Télévision Suisse : quel avenir pour le tourisme?

La Radio Télévision Suisse RTS publie un entretien avec l’anthropologue Saskia Cousin Quel avenir pour le tourisme et un article en ligne L’été 2020, ou le tourisme de masse à l’épreuve de la crise sanitaire.

Extrait : Des initiatives existent cependant pour changer le tourisme, qui ne dépendent ni de l’industrie ni du monde associatif, les coopératives, très peu soutenues par les pouvoirs publics. En Italie, la plateforme Fairbnb propose par exemple une alternative à Airbnb. En France, des guides alternatifs proposés par Les oiseaux de passage encouragent « un slow tourisme responsable et solidaire ».

Partagez :

usbek & rica : Le Covid-19 serait-il le remède des métropoles contre Airbnb ?

Usbek & Rica

Le 18 août, sur usbek & rica, un article consacré au #tourisme et au #numérique Le Covid-19 serait-il le remède des métropoles contre Airbnb ? : Le tourisme tel que nous l’avons connu ne reviendra plus. En pleine pandémie, le touriste urbain et international d’hier privilégie les vacances locales. Une opportunité, pensent les métropoles européennes qui veulent s’affirmer face au géant du tourisme « d’avant », AirBnb. On en a parlé avec l’anthropologue Saskia Cousin et le géographe Victor Piganiol. Lire la suite.

Extrait : En attendant, « la coopérative Les oiseaux de passage fait à cet égard ce travail formidable », glisse Saskia Cousin. « Les pouvoirs publics et les banques ne jurent que par les startups. Ces coopératives peinent à trouver des soutiens financiers, institutionnels et politiques », alors qu’elles jouent pourtant un rôle potentiellement « déterminant dans la réappropriation de l’intermédiation, qui est le cœur du métier de l’accueil, et tout simplement dans l’avenir du tourisme ».

Partagez :

Le Monde Diplomatique : À la recherche du voyage « écoresponsable »

Geneviève Clastres, dans son article À la recherche du voyage « écoresponsable » dans le dossier spécial Tourisme, année zéro de la revue Le Monde diplomatique de juillet 2020 (N° 796, page 14) parlent de ces acteurs qui « n’ont pas attendu la crise pour réfléchir à une approche des loisirs plus responsable vis-à-vis des hommes et de la planète.« 

Extrait : Collectivités, hébergeurs, restaurateurs, voyagistes : de nombreux acteurs de la filière n’ont pas attendu la crise pour réfléchir à une approche des loisirs plus responsable vis-à-vis des hommes et de la planète. Mais ces initiatives peuvent-elles résoudre seules les contradictions du tourisme, qui endommage les sites qu’il promeut ? (…) La plate-forme communautaire Fairbnb favorise les propriétaires d’une seule résidence et reverse la moitié des frais de gestion à des « projets solidaires » locaux au choix du voyageur, quand Airbnb rapatrie l’essentiel de ses bénéfices sur ses terres et licencie une grande partie de son personnel à la première secousse sanitaire. Sans être exhaustif (4), on pourrait encore citer Les oiseaux de passage, un regroupement de partenaires issus du tourisme, de la culture et de l’économie sociale qui privilégie la rencontre entre habitants, agriculteurs, artisans, artistes locaux et voyageurs.

Lire l’article

Partagez :

Une année déjà!

Bienvenue sur notre nouvelle version améliorée. Déjà une année en ligne!

Bienvenue aux nomades, aux voyageurs.geuses, aux errant.e.s, aux globe-trotteurs.teuses, aux vagabond.e.s, aux passagers.gères, aux travellers, aux commis-voyageurs, aux ambulant.e.s, aux migrateurs, aux mobiles, aux pèlerins, aux  itinérant.e.s, aux estivant.e.s, aux aidant.e.s, aux saisonniers.nières, aux réfugié.e.s, aux vacancier.e.s, aux jeunes travailleurs.euses, aux migrant.e.s, aux groupes, aux explorateurs.trices, aux forain.ne.s, aux curistes, aux croisiéristes, aux voyageurs de commerce, aux compagnon.e.s, aux expatrié.e.s, aux étudiant.e.s et à toutes les personnes libres.

Bienvenue chez les oiseaux. 

Bienvenue aux hébergeurs, aux paysan.nes, aux livreurs à vélo, aux réceptionnistes, aux cuisiniers.nières, aux animateurs.trices, aux technicien.nes, aux chauffeurs, aux guides, aux écogardes, aux hôtes, aux serveurs.veuses, aux accompagnateurs.trices, aux commerçants, aux volontaires, aux producteurs.trices, aux artistes, aux musiciens.siennes, aux conteurs, aux coopérateurs.trices, aux poètes et aux habitant.e.s.

Bienvenue dans nos cinquante communautés d’hospitalité, chez les passeurs de voyage, parmi leur mille offres d’hospitalité.

Bienvenue dans le Lot, l’Ardèche, à Marseille, en Charente Maritime, à Paris, dans la Vallée de la Roya, à l’île de la Réunion, en Emilie Romagna, à Bruxelles, à Giverny, dans la Creuse, à Bordeaux, en Sardaigne, dans le Lubéron, en Seine Saint Denis, dans la Vienne, dans les Landes de Gascogne, au bassin d’Arcachon, à Kaunass, en Chartreuse, à Nantes, À Toulon-Hyères, dans l’Aveyron, en Camargue, dans la montagne de Lure, à Strasbourg, à Meaux, à Ballon Rouge, en Bretagne, à Châtellerault, dans le Gers, à Valmorel, à Grasse, dans l’estuaire de la Gironde, en Indre et Loire, en Savoie, dans le Mercantour, dans la Vallée de l’Anglin, en Normandie, dans le Périgord, en Provence, à Huelva et à Pont-Aven.

Bienvenue dans nos cent hôtels, résidences de vacances, auberges de jeunesse, foyers de jeunes travailleurs, gîtes collectifs, chambres d’hôte, gîtes, résidences d’artiste, accueils paysans, bateaux, campings et foyers. 

Bienvenue au dialogue, aux contacts direct, aux relations humaines, à la solidarité et à la coopération. Bienvenue la de-standardisation, la dé-numérisation, la dés-intermédiation, la des-artificialisation.

Bienvenue aux tarifs sociaux, à l’échange de services, aux monnaies locales, aux cas par cas, aux justes prix et à la gratuité.

Bienvenue aux oiseaux, aux collines, aux non-humains, aux communs, aux terriens, aux invisibles, aux imaginaires, à la mondialité et à celles et ceux de passage.

Bienvenue aux passeurs de voyage espagnols, italiens, lituaniens, belges et à celles et ceux du monde qui souhaitent nous rejoindre.

Bienvenue dans nos histoires, sur nos itinéraires, dans nos destinations et nos séjours.

Bienvenus à l’enchevêtrement de nos récits collectifs, personnels, dissonants, invisibles, joyeux, conflictuels, minoritaires, des perdants et des engagés dans le respect de la dignité de chacun.e.  

Bienvenues aux bonnes volontés, aux donateurs, aux chercheurs, aux militants, aux développeurs, aux curieux, aux critiques, aux auteurs, aux investisseurs, aux juristes, aux femmes et aux hommes libres.

Bienvenue à toi.

Partagez :

France Culture : Entendez vous l’écho

Jeudi 25 juin à 14h sur France Culture Prosper Wanner, salarié doctorant de la coopérative, était invité dans la série Oh les beaux jours de l’émission Entendez vous l’écho. Vous pouvez ré écouter l’épisode 4 Le tourisme de demain.

Résumé de l’épisode 4 : C’est le dernier épisode de cette série consacrée à l’économie du voyage. Cette semaine, nous avons assisté à l’invention du tourisme aux côtés des aristocrates anglais. Nous avons parlé de la concurrence des plages européennes, accrue par la crise sanitaire, et des turbulences de l’industrie touristique. Intéressons-nous désormais à un autre type de tourisme, plus local, plus respectueux de l’environnement et des habitants : un voyage placé sous le signe de l’échange et de la rencontre. Écoutez l’épisode

Partagez :

Solcialter: Comment le Covid-19 va bouleverser nos imaginaires du voyage

Le N°40 de la revue Socialter est consacré au « Tourisme Année Zéro » avec un entretien fleuve « Comment le Covid-19 va bouleverser nos imaginaires du voyage » avec anthropologue Saskia Cousin qui revient sur les plateformes coopératives Les oiseaux de passage, Hôtel du Nord et FairBnB.

Extrait introduction de la revue : Avions cloués au sol, frontières fermées, départements « balnéarisés » restés exsangues, baisse du pouvoir d’achat, risques sanitaires… Le tourisme connaît sa plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Faut-il rédiger son acte de décès ? Avec ce nouveau numéro, Socialter refonde notre rapport au tourisme afin de dessiner les contours de « l’après ». La revue est vendue en ligne ici.

Partagez :

MDPI : Managing Tourist Destinations According to the Principles of the Social Economy: The Case of the Les Oiseaux de Passage Cooperative Platform

Télécharger notre article co écrit avec l’université de Huelva

En coopération avec les économistes Blanca Miedes-Ugarte et David Flores-Ruiz de l’université de Huelva en Espagne, Prosper Wanner, salarié doctorant, a publié un article dans la revue MDPI Managing Tourist Destinations According to the Principles of the Social Economy: The Case of the Les Oiseaux de Passage Cooperative Platform. L’article est accessible en open source et en anglais. Télécharger l’article.

Mots-clés : gouvernance des destinations touristiques; économie sociale; développement durable; plateformes collaborative; territoires d’accueil.

Résumé : Deux facteurs clés à prendre en compte dans la gestion des destinations touristiques sont le modèle de gouvernance adopté et le type de technologie utilisée. De mauvaises décisions à cet égard peuvent avoir de graves conséquences pour sa durabilité au regard des Objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 (ODD). L’étude de cas se propose d’analyser les résultats d’une application des principes coopératifs, traduit notamment en choix technologiques, sur la gouvernance territoriale d’une offre de services de voyage et d’accueil. Elle met l’accent sur la mise en œuvre d’un projet de recherche et développement visant à créer une plateforme coopérative en ligne gérant 40 destinations. L’application pratique de ces principes est considérée comme nécessitant un changement de perspective non seulement en termes de conception du territoire, passant d’un espace de valorisation purement capitalistique à un patrimoine commun co-construit, mais aussi dans l’approche de l’utilisation de la technologie qui privilégie l’intelligence collective entre pairs plutôt qu’une intelligence artificielle aveugle. Les caractéristiques les plus notables de ce modèle identifiées à travers ses premiers résultats sont lre renforcement de la proximité et de l’inclusion des utilisateurs et une durabilité accrue. En ce qui concerne la plateforme technologique, l’analyse indique qu’elle est évolutive et reproductible, comme le démontre la croissance de 7 à 40 destinations en une seule année.

Les oiseaux, jeune entreprise innovante

Notre coopérative a obtenu le statut de jeune entreprise innovante 🙂. Nous sommes la seconde société coopérative d’intérêt collectif à l’obtenir. Nous avons inscrit dans nos statuts un collège R&D, nous salarions un doctorant et nous participons à plusieurs programmes de recherche sur les communs, les droits culturels, l’économie de l’altérité, le tourisme social et les plateformes coopératives. Nous souhaitons partager dans les mois qui viennent les résultats de nos travaux de recherche et contribuer au débat public de l’après covid-19 sur comment aller au delà du tourisme et du numérique.

Rendez vous sur France Culture

Rendez vous jeudi à 14h sur France Culture pour discuter sur pourquoi et comment aller au delà du tourisme. Prosper Wanner, salarié doctorant, interviendra dans la série Oh les beaux jours de l’émission Entendez vous l’écho. Vous pouvez déjà ré écouter l’épisode 1 Des vacances dans l’hexagone avec l’anthropologue Saskia Cousin du laboratoire CESSMA avec qui nous coopérons activement.

Résumé de l’épisode 1 : La crise du coronavirus est-elle l’occasion de refonder la politique sociale du tourisme, en perte de vitesse face à la marchandisation du secteur ? Ou mettra-t-elle définitivement fin à ce qui n’est déjà plus une priorité dans les investissements touristiques français ? Écoutez l’épisode

Partagez :

Le 7.info : Slow tourisme ou le temps retrouvé

L’agence presse multimédia Le 7.info dans on édition du 16 juin 2020 pense aux Oiseaux : Slow tourisme ou le temps retrouvé.

Extrait : A l’instar des Oiseaux de passage, qui se charge d’accompagner ses contributeurs « pour les inviter à mettre de la poésie, du sensible, à exprimer ce qu’ils ont en eux » et faire du voyage « une fabrique de liens », explique Clément Simonneau, l’un des co-fondateurs de la Société coopérative d’intérêt collectif. Au mot tourisme, lui préfère celui d’hospitalité, à partager entre passeurs (producteurs, artisans, hébergeurs, etc.) et passagers.

Partagez :

Des news des oiseaux? #exitstrategy

Aujourd’hui, ils font quoi les Oiseaux pour aider?

Les oiseaux ne sont pas restés les pattes croisées. Leur coopérative suspend tous les abonnements jusqu’au printemps 2021. Comme ça leurs communautés peuvent continuer à partager leurs hospitalités et histoires sur la plateforme et de nouvelles personnes peuvent venir faire de même gratuitement. C’est leur engagement pour favoriser les circuits courts et la reprise de celles et ceux qui proposent l’hospitalité d’humain à humain.

C’est compliqué pour y être ?

D’abord, il faut avoir envie de privilégier la qualité, l’hospitalité et la coopération. C’est leur trois engagements. Ensuite, un simple contact mail ou formulaire et ils reviennent vers toi. En plus, Lola et Clément t’accompagneront pour gagner du temps. 

Et pour demain, ils changent quoi ?

Vu que numérique et le voyage soulèvent plein de questions pour notre avenir, ils se transforment en coopérative de recherche-action. Par exemple, comment passer de l’intermédiation numérique à la facilitation numérique? De l’intelligence artificielle à l’intelligence coopérative? L’enjeu est que le numérique facilite nos relations humaines au lieu de s’y substituer. Quoi de mieux que le voyage et l’hospitalité pour cela !

C’est quoi un numérique qui nous ferait entrer en relation? 

Le oiseaux ont décidé de dénumériser leur plateforme de voyage pour faciliter les relations humaines avant, pendant et après le voyage. Pour voyager, avons nous besoin qu’une plateforme s’interpose entre nous et nos hôtes ? N’est-il pas préférable de nous parler, nous présenter, nous raconter et de pouvoir discuter ? Le numérique peut faciliter nos recherches, l’inspiration, le partage d’infos et l’échange. 

Concrètement, comment on dénumérise?

Leur code devient open source. Des développeurs et leurs communautés locales vont pouvoir inventer de nouvelles fonctionnalités et corriger les bugs. Ils inventent actuellement un système de paiement relationnel qui va offrir une multitude de modalités d’échange : gré à gré, monnaies locales, échange de services inter entreprises, aides au départ et paiement en direct. Coté voyage, ils développent leur nouvelle fonctionnalité de fabrique de voyage pour que nous puissions construire ensemble nos voyages. Et surtout, ils vont tout simplifier ! Au revoir la liste interminable de paramètres et les technologies ultra-complexes. Ils ont décidé de faire simple, efficace et du contact direct.

Et ils ont les moyens de le faire?

Ils sont la deuxième coopérative d’intérêt collectif à être reconnue comme jeune entreprise innovante et ils ont déjà conventionné avec un laboratoire d’anthropologie ainsi qu’un programme de recherche sur les plateformes numériques. Un doctorant est salarié à plein temps depuis une année. Ils partagent les résultats de leurs travaux dans des articles scientifiques.

Ils sont crédibles? 

Ils viennent de tester une mise en ligne de leur plateforme pendant neuf mois et les résultats sont bons. Leur premier exercice en activité est à l’équilibre, 40 communautés sont abonnées à la plateforme et dix sont déjà devenues sociétaires. Ils ont obtenu des prix, des financements pour la recherche, des prêts bancaires garantis et de bons retours usagers. Ils préparent un catalogue de voyages chez leurs communautés avec l’agence Ekitour.

Tous va bien alors?

Comme pour nous tous aujourd’hui, leur situation est fragile. La version bêta de leur plateforme gagnerait à s’améliorer maintenant qu’ils dépassent le millier d’offres et leur statut de coopérative freine les investisseurs. Ce n’est pas aisé de mener de front une activité de recherche, un projet numérique innovant et un engagement fort sur les droits humains. 

Ils ont personne pour les aider ?

Ils ont avec eux tous les oiseaux de passage qui font ce qu’ils peuvent là où ils sont : transmettre le contact d’une personne intéressée, en parler autours de soi, faire un don, écrire un article, corriger un bug, prendre une part sociale, offrir une compétence particulière. Leur plateforme n’a pas été créée dans un garage mais lors d’une soirée sous un arbre à Marseille où chacun.e a apporté sa pierre. Et ça continue depuis cinq ans. Tu peux y apporter la tienne. Ils n’y arriveront que collectivement.

Et si je veux en savoir plus ou les contacter?

Leur plateforme est en ligne. Les récits des communautés permettent d’ailleurs de voyager de chez soi. Ils ont aussi un blog et sont présents sur Facebook, Instagram et Twitter. Un groupe facebook réunit les volontaires. Leur mail c’est contact@lesoiseauxdepassage.coop 

Question bonus : Pourquoi il n’y a pas le mot tourisme dans cet entretien? 

Depuis leur rencontre sous l’arbre, ils ne changent pas d’idée. Le tourisme c’est pas de l’hospitalité. Il a été industrialisé il y a un siècle et n’est plus performant pour voyager. Ses catégories, standards et modèles économiques datent d’avant la crise environnementale et politique. Sa seule performance était économique et le covid vient de lui enlever. Ce serait comme s’obstiner à actualiser le modèle de la voiture individuelle quand ont doit se préparer aux voyages en mobilités douces. Fini les visas tourisme, les chambres standards et la tarification dynamique. Vive la libre circulation des personnes, l’hospitalité et le gré à gré.

Partagez :

Avez-vous remarqué que le chant des oiseaux se fait de plus en plus audible ?

À la suite des récents événements, les vies de chacun.e sont fortement impactées et nous vous invitons à respecter les règles de confinement.

Depuis une semaine, nous travaillons avec l’association EtikBnB et d’autres partenaires du monde coopératif et le la Coop des communs à la mise en ligne d’hébergements solidaires pour le personnel hospitalier dans son ensemble. L’initiative, développée en open source par l’équipe d’Happy Dev, s’ouvrira ensuite à d’autres personnes dans le besoin et à d’autres services. Voici le lien vers la plateforme : lien. N’hésitez pas à nous rejoindre et à partager. D’autres portails d’entraide existent comme Covid-entraide proposé par un réseau de solidarité, Covid-19 proposé par le mouvement associatif et Entraide CoronaVirus de la plateforme coopérative Pwiic.

Passeurs de voyage, au retour à la normale, notre activité professionnelle sera bien différente de d’habitude. Nous vous proposons pour celles et ceux qui le peuvent d’anticiper au mieux cette reprise ensemble dès maintenant. Beaucoup de séjours pour la belle saison ont été annulés par précaution, notamment sur les longues distances. Plusieurs voyages professionnels, familiaux ou de formation, jusque là reportés, vont reprendre. Le voyage de proximité sera largement privilégié, rendant possible à chacun de voyager sans risque et complication.

Pour cela, nous vous invitons à partager vos informations et initiatives sur le groupe facebook Passeurs de voyage : lien. Les avis et expériences de toutes et tous serviront à chacun. Nous passons actuellement en revue vos offres sur la plateforme (orthographe, contenu), les complétons avec celles et ceux disponibles, préparons des supports de communication pour chacun comme nous avions commencé à le faire (voir TwitterInstagram et Facebook). N’hésitez pas à nous faire part de vos disponibilités.

Mettre en avant nos atouts locaux, c’est surtout mettre aussi en avant nos producteurs, commerçants, artisans locaux, fortement impactés également par cette période. Il sera important d’orienter, plus que jamais vers eux. Pourquoi ne pas imaginer des destinations présentant ces producteurs autour de chez vous ? L’exemple de Poitiers pourra sûrement vous inspirer avec sa destination « Made in local ».

Pour celles et ceux qui pensent à nous rejoindre, nous vous proposons de profiter du temps que l’on a pour créer et enrichir votre invitation au voyage. Ainsi vous aurez plein de belles choses à faire découvrir aux passagers lorsque nous pourrons tous de nouveau nous déplacer. Pour vous signaler ça se passe ici : https://forms.gle/fuje1aD3tuwq7gKr7

Côté Groupe, nous annoncerons et diffuserons avec l’agence coopérative de voyage Ekitour notre catalogue groupe « slow tourisme » pour promouvoir le voyage à proximité, les mobilités douces et vos communautés. Les premiers séjours groupe déjà en ligne ou en construction sont la Sardaigne, Venise, Bruxelles, Paris, Les landes et Hyères. Voir le dernier séjour mis en ligne ici.

Profitons également de cette période pour faire prendre conscience qu’un autre voyage est possible. Nous serons sûrement face à des voyageurs ne cherchant habituellement pas ce que nous offrons. Montrons-leur qu’il y a énormément à découvrir à proximité, que l’on peut voyager autrement à deux heures de train de chez soi, et que l’hospitalité ne se résume pas uniquement à une offre commerciale, mais est aussi et surtout une relation d’humain à humain.

Cette période ne rend la vie facile pour personne ; mais ensemble en étant solidaire, nous arriverons à la rendre un peu meilleure !

Soyons solidaires aussi avec nos amis les oiseaux. Nous vous invitons à relever le défi de l’observatoire des oiseaux de jardins « Confinés mais aux aguets ! ». La période de nidification commence et les oiseaux chantent à tue-tête. C’est le moment ou jamais d’apprendre à écouter et à faire la différence entre le gazouillis du rouge-gorge, de la mésange charbonnière, ou du merle!

Les oiseaux.

Partagez :