Présentation de notre programme de recherche pour dé-numériser le voyage

Jeudi 10 décembre de 16h à 17h30 nous avons présenté notre nouveau programme de recherche et développement #dhumainàhumains. Nous mettons ce programme en place avec les universités de Poitiers et de Paris, la Région Nouvelle Aquitaine et l’URSCOP Nouvelle Aquitaine pour #dénumériser le voyage passer d’une plateforme de professionnels à consommateurs btoc à une plateforme d’humain à humains htoh. Voici la vidéo de cette présentation.

En 2016, le « commun » a été le socle du cahier des charges de notre plateforme actuelle avec ses communautés d’hospitalité, ses co-productions locales, ses cadres communs, la mise en commun des récits et la cooptation des membres localement.

Après une année d’existence en ligne de la plateforme et de nombreux échanges avec nos membres, nous souhaitons placer « la relation » au cœur du cahier des charges de notre prochaine version. Il s’agit de rendre visible et possible des relations et des pratiques d’hospitalité qui ne sont pas actuellement accessibles via les modèles de plateforme numérique, la nôtre y compris. 

L’usage de standards et d’algorithmes propres à l’e-tourisme invisibilise des pratiques existantes comme des hospitalités allant au-delà de la seule clientèle touristique et de la simple prestation de service. L’usage de monnaies locales, la pratique de tarifications sociales, l’échange de maisons, l’accueil de saisonniers, l’hébergement de groupes, la résidence d’artiste, la personnalisation, l’échange de services, le libre partage de savoirs, les circuits courts ou encore l’accès à des tiers lieux sont autant de pratiques que les modèles start-up des marketplace touristiques ne savent/veulent pas intégrer.

Cette intermédiation touristique numérique ne répond pas in fine à la demande d’hospitalité dans son ensemble. Elle répond essentiellement à la demande touristique la plus solvable, c’est-à-dire celle liée au pouvoir d’achat d’une minorité de voyageurs. Elle laisse de côté des pratiques et besoins essentiels d’hospitalité. 

Cette intermédiation touristique numérique est tournée vers la recherche du gain. Chacun cherche à optimiser son gain via les systèmes numériques : le voyageur à recours à des comparateurs d’offres pour avoir le meilleur prix, les acteurs touristiques utilisent les algorithmes de revenu management pour maximiser leurs tarifs et les plateformes prescrivent les offres qui leur garantissent la meilleure commission possible. 

Ces outils numériques ne rendent pas visibles les personnes qui proposent une hospitalité où le droit au respect de la dignité de chacun.e compte autant que leur droit à un rémunération équitable. 

Nous avons identifié quatre verrous technologiques qui limitent l’accès à ces pratiques sur le web et sur lesquels nous allons co-construire avec nos membres et nos partenaires universitaires de nouvelles propositions d’intermédiation numériques que nous allons prototyper, tester, adopter puis proposer à d’autres plateformes coopératives.

Le verrou « relationnel » pour nous permettre d’évoluer d’une pratique transactionnelle à visée uniquement commerciale et centralisatrice vers une mise en relation plurielle, personnalisée et directe entre personnes. Comment passer d’un rôle prescriptif de la plateforme à un rôle de facilitateur de la relation via la plateforme? Comment passer d’une standardisation des informations de comparaison des offres à la personnalisation des éléments de découverte des propositions? Comment partager les possibilités de rencontre, de découverte, de convivialité ou autres critères sensibles ?

Le verrou tarifaire pour évoluer d’un prix fondé sur la maximisation du profit à la négociation d’un prix juste pour les personnes. Comment passer d’une tarification fixée par l’algorithme de la plateforme à un prix négocié de gré à gré entre deux personnes via la plateforme?

Le verrou contractuel et monétaire pour évoluer d’une contractualisation et d’une procédure de règlement fixées par la plateforme à un large éventail de choix pour les personnes. Comment passer de conditions contractuelles non négociables fixées par la plateforme à une diversité de propositions contractuelles avec pour les personnes une grande latitude de décision et de modalités d’échange? Comment intégrer les pratiques émergentes basées sur des échanges autres que monétaires : monnaies locales, Barter, échanges de service ?

Le verrou juridique concernant la propriété et le partage de la valeur des contenus co produits par les passeurs de voyage, de manière marchande ou non, comme les séjours, les récits ou les activités. Cela concerne aussi les productions du programme de recherche qui pourraient intéresser d’autres plateformes coopératives.

Nous avons présenté notre programme de recherche avec les chercheurs et passeurs de voyage pour illustrer nos propos puis avoir un temps d’échange. Vous pouvez nous faire remonter vos questionnements et expériences à propos de nos objets de recherche via un questionnaire en ligne.

Partagez :

1 commentaire pour “Présentation de notre programme de recherche pour dé-numériser le voyage”

  1. Retour de ping : C’est parti! On a 18 mois pour dénumériser le voyage – Blog des oiseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *